Laisse-moi entrer


Je t'ai reconnue l'autre jour, en pleine discussion avec
des amis. Du moins, ils m'apparaissaient comme tes amis.
Je me suis approché mais je pense que tu ne
m'as pas reconnu. J'ai écouté discrètement mais
aussi curieusement votre conversation;
Vous parliez de moi, ou plutôt, eux parlaient de moi.
Ils disaient ne pas entretenir de relation avec moi.
Et toi, tu ne disais rien!
Pourtant, je sais que je suis important pour toi,
mais tu semblais muselée, incapable d'intervenir;
Laisse-moi entrer dans ta conversation,
prendre parole par toi!

L'autre jour, tu semblais épuisée par ton travail quotidien.
Pourtant, je sais comment tu peux aimer ce que tu fais;
tu m'es apparue affaiblie, au bout de tes ressources;
Laisse-moi entrer dans ton travail, discrètement,
je t'aiderai et tant mieux si d'autres s'en aperçoivent.

Encore hier, tu oeuvrais bénévolement auprès de tes
frères et soeurs. Si tu savais comme je suis heureux de
te voir servir; c'est une belle mission que tu accomplis là!
À une question d'un frère qui te demandais ta motivation
à donner gratuitement, à te dévouer pour lui, tu lui as
dit que c'était normal, que cela faisait partie de toi:
Laisse-moi entrer que je lui dise que tu le fais aussi pour moi!

Ce matin, je t'ai appelé mais tu ne pouvais pas me
recevoir. Pourtant, j'avais tellement le goût de te voir.
Tu m'as dit que tu étais morose et déprimée, que tu
ne voulais voir personne, même un ami. Je me suis rendu
chez-toi et j'ai frappé à ta porte:
Laisse-moi entrer dans tes souffrances et ton désespoir.

Maintenant, je suis assis là, tout près de toi;
tu es tremblante, silencieuse, les yeux éteints.
Je t'entoure de mes bras pour te consoler, te réchauffer.
Tu me repousses délicatement, en me disant que je suis
trop bien pour toi. Je t'ai souri, déliant les cordons de
ton coeur:
Laisse-moi entrer, j'ai un Feu nouveau qui apaise.

Tu reprends vie, rieuse et plein d'entrain. Tu veux
festoyer, faire un autre bout de chemin dans la joie retrouvée.
Je veux moi aussi célébrer, ne m'oublie pas, débarre la porte:
Laisse-moi entrer dans le tourbillon de tes fêtes.

                                                Auteur: Marc Benoit
©


Retour 
  Accueil