Risquer l'abandon


"Vends tout ce que tu as, distribue-le aux pauvres… puis viens et suis-moi.
Quand il entendit cela, l’homme devint tout triste, car il était très riche."
Pour le jeune homme riche, sa richesse l’empêche de s’abandonner.

Quelle est cette richesse qui m’empêche, moi, de suivre le Christ?

Ma routine sécurisante, mon confort, mes caprices, ma peur de l’inconnu,
L’exigence du témoignage et du service, l’inconfort du renoncement?
Pourtant, j’ai le goût, comme le jeune homme riche, de vie éternelle.
J’ai le goût, j’ai soif de suivre Jésus mais je préfère souvent supporter ma soif
au lieu de risquer l’abandon, au lieu de me livrer entièrement au Christ.

"Venez à ma suite et je vous ferez pêcheurs d’hommes.
Laissant aussitôt leurs filets, ils le suivirent.
Puis, il appela Jacques et Jean, fils de Zébédée.
Laissant aussitôt leur barque et leur père, ils le suivirent."
Jésus vit un collecteur d’impôts assis à son bureau…Il lui dit : "Suis-moi. "
Quittant tout, Lévi se leva et se mit à le suivre. 

Pourquoi cet abandon si soudain, si total, sans questionnement pour le suivre?
Pour Simon, André, Jacques et Jean, la pêche miraculeuse les a convaincus.
Pour Lévi, harcelé par ceux qu’il collectait, il se laissa tenter par l’invitation.

Pour moi, que m’offre Jésus qui puisse m’inciter à le suivre?

Une vie pleine de sens, bâtie sur l’Amour de Dieu et des autres.
Jésus me laisse libre de le suivre et de servir ou de laisser la vie me servir.

Même si tous tombent à cause de toi, moi je ne tomberai jamais. "
Jésus dit : " Pierre, avant que le coq ne chante, tu m’auras renié trois fois. "
Et c’est ce même Pierre qui n’a pu marcher sur les eaux.
Mais c’est aussi ce même Pierre que Jésus a nommé à la tête de son Église.
Et c’est ce même Pierre qui a rassemblé les forces vives de la jeune Église.
Pierre n’a pas reculé devant les persécutions, allant lui-même jusqu’au martyre.

Et moi, est-ce que je recule devant ceux qui dénigrent et ridiculisent ma Foi?
Est-ce que je renie ma Foi par mon silence au lieu de risquer ma face?

Jésus m’invite à m’abandonner et il sait que, parfois, mon abandon trébuchera.
Mais l’aventure avec le Christ vaut la peine de prendre des risques.
Risquer le témoignage, risquer mon visage, risquer l’incompréhension, la raillerie.
Risquer l’abandon pour le Christ c’est aussi risquer une vie pleine de sens,
Risquer la paix intérieure, risquer la foi du serviteur, risquer la promesse d’éternité.

                                                    Auteur: ©Marc Benoit

Retour      Accueil