Mon fidèle ami



Je suis la 3ième d'une famille de 11 enfants. Mon père
est décédé alors que j'avais 10 ans. J'ai été élevé dans une
famille catholique pratiquante. Ma mère était une grande
croyante, j'ai toujours eu l'impression qu'elle était connectée
directement sur le Christ et moi j'ai essayé de faire la même chose
également avec mes enfants.




Je me suis mariée à 17 ans, dans mon coeur j'étais mariée
pour la vie. Le mariage était sacré pour moi. J'ai eu à faire
beaucoup d'études pour essayer de réussir ce mariage et être heureuse.

De ce mariage est né 3 garçons et 2 filles qui m'ont donné
13 petits-enfants. Durant cette période, j'ai eu beaucoup de
joie, de bonheur et de soucis également, avec mes enfants
et petits-enfants.




Mon mari était un homme avec de grandes qualités mais
également, il était un grand malade, ce que j'ignorais au début.
C'était un alcoolique (boîte à surprises). Je crois que j'étais trop
jeune pour savoir cela. Le temps c'est chargé de me faire comprendre
bien des choses. Je croyais à l'amour. Je ne désespérais pas.
J'étais convaincue de pouvoir le sauver malgré lui. J'ai essayé
tous les moyens mis à ma disposition mais sans succès. J'ai bien
demandé au Seigneur de m'aider pour qu'il arrête de boire, mais ça,
c'était ma volonté à moi.




Durant ce temps, je dois vous avouer que je ne travaillais pas
sur moi. Comme j'étais très orgueilleuse, manipulatrice et rancunière,
je ne me confiais à personne. L'image était trop importante pour moi,
je ne voulais pas que personne sache ce que je vivais. Au décès de
ma mère, ce fût très pénible car elle était la seule qui me comprenait,
elle était "amour". Lorsque je n'en pouvais plus, je partais, seule et
j'allais à l'église pour prier. Chaque fois que je repartais de l'église,
je ressentais une paix intérieure qui me permettait de faire un autre
bout de chemin. Malgré cela, je me sentais de plus en plus seule,
de plus en plus malade.




Un jour, Dieu a mit sur mon chemin, une amie avec laquelle
j'ai connu le mouvement "Al-Anon". J'ai reçu beaucoup de réponses
à toutes mes questions. J'ai enfin compris que je n'étais pas parfaite.
Avec le temps et l'aide de Dieu, j'ai finalement pris conscience des
défauts de caractères qui m'empêchaient d'avancer. Lorsque le
coeur est rempli de haine, il n'y a pas de place pour l'amour.



Suite