Ma foi



Pour moi la foi, c'est tout simplement faire
confiance. On a tous besoin de faire confiance à
quelqu'un, de s'appuyer sur une autre personne.




L'être humain est ainsi fait. Il a des richesses, mais
aussi des limites et à cause de ces limites, il a besoin
de s'appuyer sur d'autres.



Durant la nuit, un incendie éclate dans la maison
d'une famille de deux enfants. Les parents et l'aîné
réussissent à sortir. Ils se rendent compte que le plus
jeune n'est pas sorti et qu'il tente de s'échapper par une
fenêtre du deuxième étage, entouré de fumée. L'enfant
ne voit rien et crie: "Au secours!" Son père, en bas,
lui crie: "Saute!"
L'enfant dit: "Je ne te vois pas!"
Le père lui répond: "Moi, je te vois!"
L'enfant saute sans voir et le père le reçoit dans ses bras.
Lui, le voyais!




L'enfant fait confiance à son père dont il
reconnaît la voix, il saute!
C'est ça faire confiance.



Dans la vie courante, si je ne fais pas confiance, je
risque d'être paralysé quelque part.
Le bébé se tourne d'instinct vers sa mère. Il se fie à
elle en tout, il s'abandonne à elle. C'est un lien vital.
Sans sa mère, l'enfant ne peut survivre. L'enfant fait
totalement confiance à sa mère.
Comme automobiliste, je fais confiance au mécanicien
qui répare mon auto.
En avion, je fais confiance au pilote de l'envol,
jusqu'à l'atterrissage.
Malade, je fais confiance au chirurgien qui m'opère.
Je fais confiance aux savants.




Quand j'étais enfant, j'ai fait confiance à mes
parents. Étant la benjamine, j'aurais pu profiter de la
situation, mais mes parents étaient justes. Si je devais
être punie, je vous jure que je ne pouvais passer la faute
sur ma soeur ou mes deux frères. Si je devais être
récompensée ou félicitée, c'était la même chose.
J'avais confiance, oh oui! j'avais confiance.



Suivre Jésus-Christ, adhérer à Jésus-Christ, faire
confiance à Jésus-Christ, tel est le coeur de ma foi
chrétienne aujourd'hui. Je dis bien "aujourd'hui",
parce que ça n'a pas toujours été le cas.




Arrivée à ma vie d'adulte, je quitte le berceau familial
pour me marier. J'ai dix-huit ans. J'avais mis ma
confiance en un autre homme et cette confiance je l'ai
perdue après avoir été battue mentalement. Jamais je
n'aurais pensé que des oreilles pouvaient entendre tant
de choses si sales et si blessantes.




Après avoir été violentée sexuellement, là encore, je ne
pouvais pensé qu'un corps pouvait en supporter autant. Mais
habitée par une force que je ne connaissais pas encore
à cette époque, j'ai eu le courage de prendre mon fils, ma
valise et m'en retourner vers l'homme en qui j'avais mis
toute ma confiance depuis que j'étais toute petite:
Mon père, mon modèle de foi.



Suite