La monitrice
 

 

Sujet traité:  Épuisement personnel et professionnel.

Situation désirée:  Prévenir le burn-out chez les intervenants:
professeurs, travailleurs sociaux, agents de pastorale, médecins, infirmières, travailleurs de la santé, psychothérapeutes, conseillers, bénévoles, aidant naturel, parents, etc...




Il était une fois une monitrice de canards qui était tellement
bonne et tellement patiente que toutes les autres monitrices lui
envoyaient leurs petites canards difficiles à éduquer: canards
rebelles, canards à patte cassée, aux palmes défectueuses ou tout
simplement canards paresseux.

Au début, elle aimait beaucoup cela. Elle était même un peu flattée
qu'on est besoin d'elle aussi souvent. Mais avec le temps, elle commença
à se sentir fatiguée; c'était toujours elle qui devait travailler avec les
pires canards. Dès qu'ils étaient bons pour l'envol, elle ne les revoyait plus
ou c'étaient les autres monitrices qui les reprenaient en main. Par contre,
s'ils étaient encore trop faibles et qu'ils devaient recommencer leurs apprentissages,
c'étaient à elle qu'ils revenaient. Au lieu de la valoriser, cela finit par la rendre
triste et découragée.

Un jour qu'elle se sentait vraiment déprimée, elle décida de se reposer
un peu. Elle se retira sur le bord d'un tout petit ruisseau assez isolé des
autres. Là, elle se laissa bercer par le clapotis des vagues et par le doux
chant du vent dans les roseaux. Lentement, elle glissa dans un profond sommeil.
Et elle fit un rêve. Elle se voyait toute calme sur un bel étang ensoleillé et
tout à coup elle fut entourée d'une bande de canards, tous plus joyeux les
uns que les autres. À sa grande surprise, elle reconnut plusieurs petits avec
qui elle avait tant travaillé. Le premier lui cria: " Salut! tu vois comme je nage bien!
Mes palmes sont en parfaite condition. C'est grâce à toi, tu sais! "
Puis un autre qui planait doucement juste au-dessus: " Vois le mouvement
de mes ailes, j'ai fini par apprendre! Tu te souviens comme c'était difficile
pour moi? " Et un troisième qui plongea merveilleusement devant elle pour
refaire surface à quelques mètres de là: " Regarde! c'est toi qui m'as convaincu
que j'étais capable de plonger. Je suis très content maintenant! "

La monitrice était si heureuse, son coeur battait si fort de voir et d'entendre
cela qu'elle se réveilla. Bien sûr, elle comprit très vite que ce n'était qu'un rêve
car jamais elle ne revoyait les canards qui, grâce à elle, avaient réussi à partir
comme tous les autres, mais son rêve resta dans son coeur comme une lumière toute
chaude. Elle comprit combien, au plus profond d'elle-même, elle aimait tous ces petits
canards boiteux et combien ils avaient besoin d'elle.

Après quelque temps, elle se sentit prête à retourner à son travail.



      Retour       Accueil